Accueil / Actualités / Mutuelle santé / Remboursement cure thermale : quelle prise en charge ?

Remboursement cure thermale : quelle prise en charge ?

Chaque année, des milliers de Français profitent de quelques jours, voire plusieurs semaines pour séjourner dans des thermes. Il faut dire que ces cures thermales ont de belles vertus thérapeutiques, qui permettent une véritable remise en forme. Ces séjours thermaux peuvent dans certains cas être pris en charge par l’Assurance Maladie.

Quelles sont les conditions de remboursement par l’assurance maladie ?

Pour être prise en charge, la cure thermale doit avoir été prescrite par votre médecin traitant, en lien avec une pathologie. Il peut s’agir de rhumatologie, de troubles psychologiques et neurologiques, digestifs, ou encore respiratoires, etc.

Meilleures mutuelles pour seniors

De plus, la station thermale dans lequel vous choisissez d’effectuer votre cure doit avoir fait l’objet d’un agrément de la part de l’Assurance Maladie. Il existe en France un total de 105 d’établissements conventionnés par la Sécurité Sociale. Il revient en temps normal à votre médecin de choisir le centre, le plus souvent en fonction de votre emplacement, mais aussi en fonction de la pathologie à traiter.

Ce n’est toutefois pas la seule condition, puisque votre cure doit durer 18 jours consécutifs pour être éligible. Une seule cure par an est possible.

Qu’est-ce qui est remboursé par la sécurité sociale ?

Attention, l’Assurance Maladie ne vous remboursera toutefois pas les frais de la cure. Ces soins ne vous seront remboursés qu’à 70%. En fonction de vos ressources, pourra également vous être accordé une aide pour les frais annexes comme le logement ou encore le transport. 

Regardons un peu plus dans le détail quels sont les frais remboursés par la Sécurité Sociale.

Le parcours de soin

Tout d’abord, ce sont bien sûr et avant tout les frais médicaux. Cela comprend les différents soins, le suivi et les consultations. C’est cette partie qui est remboursée à hauteur de 70% sur la globalité, sur la base des tarifs conventionnés de l’Assurance Maladie. Ainsi, une consultation avec un médecin est estimée à hauteur de 80 euros. Attention, s’il s’agit d’un médecin non conventionné, la consultation tombe alors à 6,86 euros.

Mais, ce n’est pas tout. Dans les frais médicaux, on retrouve notamment tout le parcours de soin et les traitements liés à la cure, et adaptés en fonction de la pathologie à traiter chez le curiste. Cette partie est prise en charge à hauteur de 65% par rapport au tarif conventionné.

Le logement et le transport

Comme nous le mentionnions un peu plus haut, le logement et le transport peuvent également faire l’objet d’une aide de la part de l’Assurance Maladie. Cette aide va varier en fonction de votre plafond de ressources sur l’année N-1. Sur cette année-là, vos revenus ne doivent pas dépasser la barre des 14 664,38 euros. Il est possible de majorer ce plafond de moitié dans certains cas, soit l’augmenter de 7 332,19 euros.

Pour les frais de transport, ces derniers vont être pris en charge à 65% sur la base d’un billet aller-retour en deuxième classe acheté auprès de la SNCF.

L’hébergement quant à lui se base sur un forfait de 105,01 euros, et 65% peuvent vous en être remboursés, soit 97,5 euros.

Les indemnités journalières

Dans certains cas, il est également possible de recevoir des indemnités journalières. Pour cela, des conditions s’appliquent. Ces indemnités sont envisageables pour les personnes seules dont les ressources annuelles ne dépassent pas le plafond fixé par la Sécurité Sociale, à hauteur de 38 616 euros par an. Comme pour le logement et le transport, une majoration peut se faire, à hauteur de 50% du plafond (soit 19 308 euros), pour le conjoint ou la conjointe de l’ayant-droit. Cela s’applique aussi pour toute personne à charge.

Vous ne pourrez cependant pas toucher ces indemnités si vous en percevez déjà dans le cadre d’un arrêt de travail.

Comment recevoir ces remboursements ?

Comme toutes les procédures administratives, obtenir ces aides demandent d’effectuer certaines démarches. Il vous faut tout d’abord vous procurer le formulaire Cerfa n°11139*02, disponible en ligne sur le site ameli.fr. Il convient ensuite de le remplir, si possible avec l’aide de votre médecin (celui qui a fait la prescription). Ce formulaire doit subséquemment être adressé à votre caisse d’Assurance Maladie, accompagné d’une déclaration de vos ressources, ces derniers permettant de déterminer les aides auxquelles vous pouvez prétendre.

Une fois votre demande traitée, votre caisse vous fera parvenir un nouveau formulaire, le Cerfa n°11140*04. C’est ce document que vous devrez présenter à votre arrivée dans l’établissement de soin.

Pourquoi souscrire une mutuelle avec forfait thermal en plus ?

Comme vous avez pu le constater, les frais avancés dans le cadre d’une cure ne sont pas intégralement pris en charge par l’Assurance Maladie. C’est pour cette raison que de nombreuses mutuelles offrent des solutions permettant de couvrir en intégralité les frais de ce parcours de soin. On retrouve notamment ces garanties dans certaines complémentaires santé à destination des seniors.

Lorsque vous prenez une mutuelle qui inclut ce type de prestation, celle-ci va notamment prendre en charge le ticket modérateur, mais aussi les dépassements d’honoraires des professionnels de santé. Cela peut en effet arriver que leurs tarifs dépassent ceux conventionnés.

Votre mutuelle pourra également participer aux frais liés au logement ainsi qu’au transport.

Si vous êtes amenés à réaliser des cures thermales de manière assez régulière, surtout tous les ans, il peut donc être particulièrement intéressant de souscrire à une mutuelle vous proposant un forfait thermal.

Cet article a été posté dans Mutuelle santé le par .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Profitez-en et contacter Libre Assurances